Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Il faut revaloriser les retraites complémentaires !

4,750 milliards d’Euros !

Au 31 décembre 2004, c’est le montant de la cagnotte dont disposent les caisses de retraites complémentaires qui, n’en doutons pas, doivent permettre de répondre aux exigences, mais plus encore, aux besoins immédiats des 11 millions d’allocataires des régimes ARRCO et AGIRC.

Alors que la misère gagne les retraités, alors que les Restos du Cœur voient de plus en plus de retraités et personnes âgées solliciter leurs services, le MEDEF claque la porte des négociations annuelles de revalorisation des pensions servies. Déjà, le 7 mars, il feint ne pas entendre les retraités mobilisés pour exiger une augmentation significative des pensions.

Le 21 mars, lors d’une nouvelle rencontre, l’intransigeance du MEDEF fait que les retraites complémentaires ne sont pas augmentées au 1er avril. Ce qui est inadmissible, d’autant plus que la prochaine réunion n’est programmée que pour juin.

C’est inadmissible, insupportable pour toutes et tous les retraités(es). Ceci, après la majoration de 1.8% des retraites du régime général au 1er janvier, qui est loin de correspondre aux exigences et de satisfaire les besoins. Pour la première fois depuis la mise en place de l’ARRCO et l’AGIRC, les allocataires qui viennent de recevoir le bordereau de paiement du deuxième trimestre 2006, constatent un blocage de leurs pensions versées.

Non les retraité(e)s ne peuvent attendre, le MEDEF doit immédiatement retourner à la table de négociations et prendre en compte les exigences.

C’est une majoration à minima de 10 %, dès le 1er avril, qu’exigent les retraité(e)s

Il faut, de toute façon, renégocier les accords de novembre 2003 (que la CGT n’a pas signé) qui concerne Actifs et Retraités et qui participe à la dégradation générale du pouvoir d’achat.

La mobilisation intergénérationnelle vient de permettre un recul du Gouvernement, pourquoi une mobilisation forte ne permettrait-elle pas d’imposer nos dus au patronat ?

Nous le croyons, et pourquoi ne pas prolonger votre démarche par une adhésion à la CGT retraités. Plus nombreux et plus forts, nous serons mieux entendus.

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.