Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Déclaration de la CGT au conseil d’administration de la CPAM 37 du 12 novembre 2005

L’évolution des points d’accueil Sécurité sociale sur l’Indre-et-Loire est indispensable, alors que la fermeture de cinq points sécu et de vingt quatre permanences est inconcevable.

La nécessaire évolution des points d’accueil et des permanences est évidente. Il s’agit de toujours mieux répondre aux besoins des assurés sociaux et des ayants droits.

La sécurité sociale depuis 1945 est un élément structurant d’une solidarité effective entre les différentes catégories socioprofessionnelles, qu’elles soient urbaines ou rurales. Avec sa spécificité, elle contribue à l’aménagement du territoire qui doit être l’affaire de tous les citoyens.

Mais aujourd’hui, la dernière réforme engageant la sécurité sociale sur la voie de la privatisation, prive les assurés sociaux de participer aux choix et décisions du conseil. Leurs administrateurs nommés ne peuvent qu’émettre un avis.

Le projet qui nous est proposé par le directeur de la caisse primaire du département (la fermeture de cinq points sécu et de vingt quatre permanences) est directement inspiré par la réforme en question, ayant pour objectif la réduction de la prise en charge par la Sécu des frais de santé.

Ce projet n’est le fruit d’aucune concertation avec les parties concernées : assurés, personnels, organisations syndicales, associations, élus, collectivités locales. L’importante de la question justifie leur implication pour l’élaboration d’un projet répondant aux besoins de tous. Il s’agit de la santé de toute la population, de son pouvoir d’achat et de l’aménagement du territoire. Toute précipitation ne pourrait prétendre vouloir servir ce triple objectif.

Quoi qu’il en soit, la CGT considère comme impératif immédiat la présence affirmée de la sécurité sociale dans chaque chef lieu d’arrondissement et de canton (y compris les cantons d’agglomération). Comme base de discussion, les besoins étant divers les réponses doivent y être adaptées.

Ainsi, dans les secteurs en état d’urgence sociale, la présence de la sécurité sociale s’impose encore plus fortement.

Nous proposons que ce projet soit de nouveau examiné dans un délai d’environ un an. Après que les différentes parties concernées aient travaillé sur le sujet et soient en mesure de faire des propositions.

Il revient au représentant de l’état d’initier une réunion d’information et de concertation pour ce projet qui s’inscrit dans le cadre de l’aménagement du territoire et la présence de la sécurité sociale considérée par sa mission comme un service public.

Les administrateurs CGT ont obtenu à ce que le sujet concernant l’évolution des points sécu et permanences sécurité sociale, soit abordé par deux votes au sein du conseil CPAM 37.

- 1. Un vote sur la nécessaire évolution de la présence de la sécurité sociale sur le territoire d’Indre-et-Loire. La CGT a voté pour, ainsi que l’ensemble du conseil.

- 2. Un vote sur le projet présenté par le directeur de la CPAM mettant comme préalable la fermeture de 5 points sécu et 24 permanences. La CGT a voté contre.

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.