Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Position de la CGT / ouverture des dimanches en 2006

Pour la CGT, le travail du dimanche, ainsi que celui des jours fériés (ces derniers étant indissociables des premiers), est à bannir et à combattre (exceptions faites des services de santé ...).

En effet, le dimanche et les jours fériés doivent rester des jours « famille » où, chacun doit pouvoir vaquer à des occupations personnelles de farniente, culture, loisirs, etc ... et les boutiques d’un centre commercial ou d’un centre ville ne sont pas des lieux culturels et de loisirs.

De plus, le pouvoir d’achat des clients n’est pas extensible à l’infini. Et l’excuse économique, avancée par certaines grandes enseignes n’est en fait qu’un jet de poudre aux yeux afin de banaliser le travail des dimanches et jours fériés, de grossir leurs bas de pages et d’avoir du personnel corvéable à volonté, sans pour autant proposer des structures gratuites d’accueil pour les enfants des salariés, etc ...

A la question et interrogations posées :

« qu’en est-il du travail et du paiement des apprentis ces fameux dimanches ? » puisque, la loi d’août 2005 leur permet de faire travailler ces derniers sans les rémunérer.

Si le jour de solidarité est reconduit en 2006 cela fait un jour supplémentaire en plus des 4 demandés, soit 5 auxquels il faut rajouter les jours fériés travaillés et là, nous en arrivons à des débordements intolérables.

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.