Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami


Pour le droit à la santé de toute la population
Pour les conditions de travail et les droits des salarié-es,
Manifestation mardi 8 novembre 2016
à 15h, place Anatole France à Tours.

Le 8 novembre prochain, les salariés de la santé et des organismes sociaux sont appelés à se mobiliser pour une autre politique de santé à l’inverse que ce qui est porté à travers le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale.

C’est par le prisme de l’austérité que le débat s’engage à l’Assemblée Nationale.

Parce que le service public de santé et son financement est une nouvelle fois mis à mal, nous invitons les camarades à se joindre à la manifestation à Tours le mardi 8 novembre à 15h, place Anatole France.

Cette action s’inscrit pleinement dans la mobilisation pour les services publics de notre département.

PDF - 54.3 ko
Lire la déclaration Confédérale

Appel de l’intersyndicale départementale de la Santé et de l’Action Sociale d’Indre-et-Loire

Salarié-es des hôpitaux, des EHPAD,
Toutes et tous en grève
Et manifestation à Tours mardi 8 novembre 2016, à 15 h, place Anatole France

Que ce soit au CHU de Tours, au CHIC, à Chinon, à Luynes, à Loches ,etc. et dans les maisons de retraite, bref dans tous les établissements de santé du département, les mesures d’austérité et d’économie se multiplient et les conditions de travail se dégradent d’année en année :

PDF - 724 ko
Lire le tract intersyndical 37

-  manque d’effectif et de remplacement des absences, surcharge de travail, pénibilité accrue, pressions psychiques, burn-out en série, pressions managériales,

-  rappel incessant sur les congés,

-  suppressions de postes et de lits,

-  salaire trop bas, diminution des titularisations, augmentation des contrats précaires,

-  mise en place des 12h...

C’est de pire en pire, il est temps de dire non et de se mobiliser pour s’opposer à ces mesures d’austérités et défendre ainsi dans le même élan le droit à l’accès aux soins pour toutes et tous et les conditions de travail comme les droits des salarié-es.

Les deux lois hospitalières des dernières années, la Loi HPST et le Loi Santé avec la mise en place des GHT, n’ont qu’un seul objectif : faire des économies et détruire le système public de santé. Regroupements d’établissements, fermetures de lits et de services, mobilité imposée, regroupements des services transversaux et logistiques (lingerie, radiologie, laboratoire, formation,...), remise en cause des RTT, mise en place insidieuse d’un second statut avec la hausse des contrats précaires, remise à plat des acquis locaux en les tirant vers le bas.

Le dispositif PPCR (Parcours Professionnel Carrière et Rémunération) en cours est une véritable arnaque sur nos salaires déjà bien en deçà des besoins. Il ralentit et rallonge les déroulements de carrières. Il pénalise les plus bas salaires, les femmes et les agents de catégorie C étant les premier-ères impacté-es. Les pensions de retraite n’en seront que plus misérables.

Les budgets de ces dernières années, en application des 3,5 milliards d’euros d’économie du pacte de responsabilités ont profondément mis à mal les établissements de santé. De nombreux centres de proximités ont été fermés diminuant ainsi l’égalité d’accès aux soins pour toutes et tous.

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) n’est pas en reste et annonce pour 2017 prés de 4 milliards d’euros d’économie au détriment du dispositif de soins publics et des salarié-es qui y travaillent.

Pour le droit à la santé de toute la population

Pour les conditions de travail et les droits des salarié-es,

Toutes et tous en grève et mobilisé-es le 8 novembre 2016.

Manifestation à 15h place Anatole France à Tours

(en direction de l’ARS par la rue Nationale, la place Jean Jaurès et le Bd Heurteloup)

Un préavis de grève nationale est déposé, venez en blanc.

Montrons au gouvernement et aux directions d’établissements que nous sommes mobilisé-es.

Nos revendications :

• Augmentation des salaires,

• Arrêt des rappels à domicile, remplacement de toutes les absences,

• Non à la ponction de 300 millions d’euros sur les fonds de formation de l’ANFH,

• Abrogation des lois HPST et Santé,

• Abandon des GHT et des restructurations,

• Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes,

• Octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements d’assurer leurs missions de service public, d’embaucher,

• Titularisation des agents contractuels.

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.