Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Le trait d’Union : le journal de l’Union Syndicale Départementale de la Santé et de l’Action Sociale d’Indre et Loire. Juillet 2016

EDITORIAL

ETE 1936.

Il y a 80 ans, les 1ers congés payés. Quinze jours de congés payés arrachés au patronat grâce à l’immense mobilisation sociale.

PDF - 11.8 Mo
Lire le Journal

C’est par la lutte, avec les grandes grèves de 1936, que les salariés ont conquis des droits nouveaux : Réduction du temps de travail à 40h hebdomadaire, hausse des salaires, temps libre, droits syndicaux, libertés d’opinion, conventions collectives... Mais rien n’est jamais acquis définitivement.

Aujourd’hui, la loi « travail » est une loi de régression sociale. Elle remet en cause les 35h, les repos, les garanties collectives, la majoration des heures supplémentaires. C’est aussi la fin de la hiérarchie des normes qui offrait de meilleures garanties aux salariés (salaires, santé, congés etc.)... Avec cette loi, des accords négociés dans l’entreprise pourraient être inférieurs à la convention collective voire au code du travail.

C’est la mort annoncée de nos conventions collectives et de notre statut de la Fonction Publique Hospitalière.

Après plusieurs mois de grèves, de manifestations et de rassemblements contre cette loi rejetée par plus de 70% des Français, le premier ministre, droit dans ses bottes, a eu recours à l’article 49.3 pour la 2ème fois, afin de passer en force son projet de loi.

L’absence de démocratie est bien rodée. Notre secteur de la Santé et de l’Action Sociale en a aussi souffert avec l’adoption en procédure accélérée de la loi Santé dite « Touraine » dont la CGT demande le retrait.

Les Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT), mesure phare de la loi, sont maintenant installés. C’est une casse sans précédent. La situation des personnels de santé et par conséquent la prise en charge des patients, vont se retrouver fortement impactées par cette destruction.

La réponse aux besoins des usagers a largement disparu des préoccupations gouvernementales...

De même, le manque de moyens attribués aux EHPAD engendre des conditions de travail des soignants et de vie des résidents dégradées. Dans notre département, comme dans de nombreux autres, les salariés se battent pour obtenir des effectifs supplémentaires afin d’assurer un travail de qualité.

La détermination pour gagner le retrait du projet de loi travail n’est pas entamée par ce nouveau coup de force du gouvernement. Le mouvement social ne va pas faiblir.

La CGT revendique des droits nouveaux pour les salariés et un code du travail du 21ème siècle.

Restons debout, la trêve estivale ne nous démobilisera pas !

Cet été, profitons de nos congés payés pour recharger nos batteries et être en pleine forme pour une rentrée en fanfare ! ...

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.