Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

POUR GARDER NOTRE HISTOIRE PRESERVONS NOS ARCHIVES

L’ AG de notre Institut Régional d’Histoire Sociale s’est tenu cette année en Touraine le 26 avril 2016, les débats ont été riches parmi la soixantaine de participants représentant les six collectifs de la Région.

PDF - 116.4 ko
Téléchargez l’article

Si l’ensemble des camarades ont rappelé toute l’importance de la bonne connaissance de l’histoire syndicale pour mieux appréhender les conditions de la lutte aujourd’hui, un point important a fait aussi débat : celui de la préservation de nos archives.

Si cet aspect semble globalement assez bien pris en compte par les Unions Départementales, avec de nombreuses conventions signées avec les services archives des Conseils Départementaux, le problème est plus complexe avec les syndicats, dont certains possèdent des archives couvrant plusieurs décennies. En effet les directions syndicales toujours dans l’action ce qui est prioritaire délaissent un peu trop souvent l’inestimable patrimoine que constituent leurs archives dont elles sont dépositaires.

Notre collectif est là pour les aider. Chaque année au niveau régional nous organisons des stages de préservation des archives, mais nous pouvons répondre localement à chaque interrogation. Pour commencer nous vous proposons ci-dessous quelques bons réflexes qui peuvent vous permettre de gagner de la place tout en conservant l’essentiel de votre histoire syndicale.

[1. Ce qu’il n’est pas nécessaire de garder :

- Tout ce qui est presse et écrits confédéraux, fédéraux ou de l’UD sauf si il s’agit de documents antérieurs à la seconde guerre mondiale ou relatifs à la période de clandestinité 1940-1944, pour ce genre de documents il convient d’abord de prendre contact avec l’IHS de votre fédération ou avec le collectif d’Indre et Loire.

- Toute la presse quotidienne locale ou nationale qui est normalement toujours déposée aux archives départementales ou nationales.

2. Ce qu’il faut garder :

- Tous les écrits du syndicat c’est à dire courriers, tracts, affiches, déclarations, interventions, PV de bureau ou de conseil syndical, congrès ou AG (penser toujours à dater vos écrits)

-  Les écrits des autres organisations syndicales

-  Les écrits du patron ou du directeur si ils concernent le fonctionnement de l’entreprise, l’organisation du travail, la stratégie de l’entreprise.

-  Les dossiers des grands conflits auxquels votre syndicat a participés.

-  Les résultats des élections professionnelles de l’entreprise

- Les états d’organisations (adhérents, cotisations, etc)

- Les écrits des partis politiques si ils concernent les aspects locaux de l’entreprise.

- Les photos de lutte ou de camarades, penser à les dater et les légender (qui, où, quand)

3.Le numérique :

Les supports numériques ont un très gros avantage celui de pouvoir stocker beaucoup de choses dans un minimum de place, mais attention il y a aussi un gros inconvénient. Il est nécessaire d’en faire plusieurs sauvegardes régulières pour éviter tout d’abord l’effacement malencontreux mais aussi nous n’avons pas assez de recul pour savoir si les différents supports existants aujourd’hui seront lisibles dans plusieurs années. Dans ces conditions, nous vous conseillons si possible d’en garder un exemplaire papier.

Ces quelques conseils peuvent déjà vous permettre de faire un premier tri. N’oubliez pas non plus de les classer par catégories de document bien sûr mais surtout chronologiquement. En effet surtout si vous envisager de nous confier vos plus anciennes archives, un classement par date nous fera gagner un temps précieux et permettra un travail de recherche plus efficace.

Gardez toujours à l’esprit que nous seuls sommes les garants de notre patrimoine historique, bon nombre de nos adversaires (voire des fois nos faux amis) aimeraient bien gommer des pans entiers de notre histoire voire la réécrire.

Enfin au moindre doute sur cette question contactez un ou une des camarades ci-dessous ou demandez leurs coordonnées à l’UD-CGT.

Bariaud Alain, Deverines Gilbert, Faucompré Christian, Fraleux Monique, Gaumé Gérard, Marie Martine, Rigault Hervé, Sikula Pierre, Soret Jean-Paul, Tarraso Patricia, Trégaro Jacques

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.