Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami


Solidarité France-Kurdistan d’Indre-et-Loire
Rassemblement samedi 8 août 2015 place Jean Jaurès à Tours.

Déclaration lue par Josette Blanchet, présidente de l’association.

« Nous sommes très heureux de voir libérée la jeune otage militante des causes sociales et humanitaires prisonnière depuis de longs mois au Yémen.

Mais en Turquie, un crime contre la démocratie, contre la paix se met en place.

Les opérations militaires turques remettent en cause le processus de paix.

La répression s’abat sur l’opposition légale turque : plus de 300 militants du HDP ont été arrêtés ainsi que des syndicalistes et des militants de gauche. Canons à eau, gaz lacrymogènes, coups de matraques. La région de Mardin est en feu, les récoltes, les vergers, sont incendiés. Tous les tués et blessés de Silopi sont des civils. L’hôpital de la ville a été violemment investi par la police turque. Les civils qui ont amené des blessés ont été frappés et leur voiture mitraillées.

C’est la réponse du pouvoir à une population qui demande la paix et la reprise des discussions.

Ce gouvernement prend le risque criminel d’entraîner le pays et la région vers une situation sans issue et incontrôlable. Erdogan vient de prendre la décision totalement irresponsable de mettre fin aux pourparlers de paix entamés depuis 2013 entre Ankara et le leader historique du PKK, Abdullah Öcalan. Celui-ci, emprisonné et isolé depuis plus de quinze ans, avait appelé les combattants de son organisation à cesser le feu. Il avait été entendu.

Le 7 Juin dernier, l’élection législative prive, pour la première fois, l’AKP de sa majorité absolue. Le parti d’opposition HDP œuvrant pour une société de paix, laïque et égalitaire, a obtenu 13 % des voix (80 députés). Ces résultats ont montré l’aspiration à la paix d’une partie importante la population de Turquie (turcs, kurdes et autres minorités).

L’objectif d’Erdogan aujourd’hui : par de nouvelles élections anticipées, retrouver dans un climat de peur, la majorité et imposer une constitution modifiée.

Cette grave atteinte à la démocratie se double d’un crime contre la paix. Car, cette politique du pire porte en elle l’immense danger d’une reprise de la guerre civile qui a déjà coûté 45 000 vies humaines et trente années de malheur.

Or, Erdogan s’engouffre dans cette sanglante impasse.

Enfin, conjointement à la mise en péril de la démocratie et de la paix en Turquie même, Erdogan torpille la lutte, unanimement reconnue, des Kurdes dans la Syrie voisine contre le terrorisme de l’ « Etat islamique ». Après avoir refusé tout soutien aux combattants et combattantes kurdes de Kobané dans leur résistance, puis pactisant notoirement avec les djihadistes, Erdogan cherche ouvertement à empêcher les Kurdes de Syrie de libérer leur région. Il faut d’urgence arrêter le bras de cet incendiaire.

La France doit se faire entendre à la table de l’Union européenne et à l’OTAN.

Elle doit se démarquer et protéger les forces démocratiques émergentes dans cette région. Les interventions meurtrières contre le PKK, et les civils doivent cesser.

Nous condamnons les actes d’Erdogan et demandons à François Hollande d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour travailler à la paix au Kurdistan, en exigeant la fin des bombardements des positions du PKK, la relance du processus de paix avec Ocalan et le retrait du PKK de la liste des associations terroristes.

De même, nous ne comprenons pas qu’il n’ait pas jugé utile de réagir depuis huit jours, lui qui a su accueillir la commandante des YPG en février lors de son passage à Paris. Ne rien faire serait se dédire des positions prises lors de cette rencontre.

Une lettre ouverte à Monsieur le président de la république lui sera adressée dans ce sens.

Une demande d’entrevue a été faite au préfet.

Soyons vigilant tout l’été.

Ce rassemblement est en solidarité avec les femmes kurdes qui ne cessent d’exiger la paix, avec tous les kurdes et les turcs qui aspirent à l’arrêt de la répression et à la démocratie. Ensemble poursuivons cette exigence de paix.

Le 21 septembre est la journée internationale de la paix, nous en ferons une semaine d’action pour la paix avec rassemblement, débats et expositions. « 

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.