Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami


EXIGEONS LE RETRAIT DU PROJET DE LOI SANTÉ,
Tous en grève et manifestation le 25 juin à Tours ou à Paris à l’appel de la CGT, FO et Sud santé et action sociale d’Indre et Loire

EXIGEONS LE RETRAIT DU PROJET DE LOI SANTÉ, l’abandon du plan d’économies de 3 milliards pour les hôpitaux, l’arrêt des attaques contre les conventions collectives et les établissements !

Il faut mettre un terme à cette politique de baisse des dépenses publiques, il faut mettre un coup d’arrêt aux suppressions de postes, à la dégradation des conditions de travail dans nos établissements et services, au gel des salaires et rémunérations et à la dégradation du service public.

Malgré le boycott des médias, la grève interprofessionnelle du 9 avril, réunissant près de 300 000 manifestants, pour le retrait du Pacte de responsabilité, de la loi Macron et du projet de loi Santé, a été un succès.

Au lendemain du 9 avril, le gouvernement a annoncé une nouvelle baisse des crédits pour la santé et l’assurance maladie. Ces mesures d’austérité s’ajoutent au plan d’économies de 3 milliards déjà décidées, et vont déboucher à terme sur la suppression de 22 000 postes.

Parallèlement, le projet de loi de « modernisation de la santé » voté le 14 avril en première lecture, rend obligatoire l’adhésion pour tous les hôpitaux à un groupement hospitalier de territoire (GHT). C’est un prélude à la fusion des hôpitaux publics entre eux, mais aussi avec le secteur privé, et de fait, à la suppression massive de postes dans le service public hospitalier, ainsi que des mises à disposition dans le privé.

La réforme territoriale renforce l’offensive contre les métiers. C’est l’ensemble du secteur social et médico-social qui est attaqué, au nom de la réduction des dépenses publiques et la baisse du coût du travail imposée par le pacte de responsabilité.

Les fédérations patronales du secteur social s’attaquent eux, aux Conventions Collectives.

Dans de nombreux établissements, la lutte s’organise contre l’ensemble de ces mesures d’austérité et leurs conséquences.

Les Agences Régionales de Santé viennent de recevoir les instructions concernant le plan d’économies de 3 milliards d’euros à réaliser sur les établissements de santé jusqu’en 2017 :

 Moins de lits et de capacité d’accueil,

 Une masse salariale sous contrôle,

 Une renégociation des accords sur les 35 heures ...

CELA SUFFIT !

Ces dispositions :

- aggravent encore les restructurations de l’offre de soins, les destructions, la mutualisation d’effectifs et vont accélérer la privatisation de l’hôpital public, comme les déserts médicaux ;

- déboucheront sur de nouveaux Contrats de Retour à l’Équilibre Financier (CREF), qui vont se traduire par des milliers de suppressions de postes, ou par des attaques contre les jours RTT et les emplois.

Le projet de loi de « modernisation de la santé » voté le 14 avril en première lecture, représentant la déclinaison juridique des mesures budgétaires, rend obligatoire l’adhésion pour tous les hôpitaux à un groupement hospitalier de territoire (GHT), prélude à la fusion des hôpitaux publics entre eux, mais aussi avec le secteur privé, et à la suppression massive de postes dans le service public hospitalier.

C’est ce qui est en train de se mettre en place en Indre et Loire avec le projet de GHT regroupant le CHU, Loches, Chinon, Amboise-Château-Renault, La Membrolle, Luynes et Ste Maure. Le CHU est également en pleine restructuration. Le 11 juin une délégation représentant les différents établissements du département a été reçue à l’ARS. Les propos de l’ARS ont le mérite d’être clairs : « il faut maîtriser la masse salariale (ce qui correspond au budget pour nos salaires) et pourquoi ne pas fermer certains établissements, activités, pour permettre à d’autres de se maintenir ».

Dans de nombreux établissements, la lutte s’organise contre l’ensemble de ces mesures d’austérité et leurs conséquences.

La CGT appelle à une journée de grève nationale et de manifestations devant les ARS, les préfectures, etc... ainsi qu’à un rassemblement devant le ministère

le 25 juin 2015 pour exiger :

 Le retrait du projet de loi santé et du pacte de responsabilité,

 L’arrêt des fermetures de lits et services,

 L’arrêt des réorganisations de l’offre de soin et de l’action sociale,

 L’abandon de toutes les mesures d’économies qui asphyxient les établissements et les services ;

 Le maintien de tous les postes et l’embauche d’effectifs qualifiés en mesure de répondre aux besoins de la population avec des conditions de travail décentes,

 La défense des droits statutaires et conventionnels de la BASS,

 L’augmentation générale des salaires et de meilleurs déroulements de carrière,

 L’augmentation des pensions,

 L’arrêt de la casse des métiers du social.

Le gouvernement doit prendre en compte les revendications des personnels des secteurs de la santé, du médico-social et du social, et pas seulement avoir une oreille attentive pour les employeurs et patrons.

Ce n’est pas à nous de payer leur crise... et les cadeaux aux plus riches !

TOUS EN GRÈVE LE 25 JUIN 2015 !

Le 25 juin 2015, la confédération CGT, dans le cadre de sa campagne «  salaires » a décidé partout dans le territoire, de remettre les pétitions « salaires » en direction des préfectures et propose aux salarié-es une journée de grève et de manifestations ce même jour.

L’UD CGT et L’UD FO d’Indre et Loire appellent tous les salarié-e-s à participer massivement à la

Manifestation à 10h00, place Jean Jaurès de Tours

Et à Paris pour ceux et celles qui le souhaitent départ en car à 7h00 (RDV CHU Trousseau), retour 19h00

Pour tout contact, information ou inscription au bus :

CGT : 02 47 37 84 03

FO : 02 47 38 96 06

SUD : 02 47 47 37 62

PDF - 586.9 ko
Téléchargez le tract CGT
PDF - 179.6 ko
Téléchargez le tract intersyndical départemental
PDF - 380.7 ko
Téléchargez le tract national intersyndical

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.