Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Travail du dimanche : la CGT occupe le terrain

Article lu dans la Nouvelle République du 20/12/2014

photo NR

« Aucune compensation n’est prévue pour les salariés des établissements de moins de vingt salariés. »

Pour sensibiliser les salariés du commerce sur le travail du dimanche, la CGT opère des actions dans les zones commerciales. Comme hier à Tours-Nord.

Comme ils le font un vendredi par mois depuis septembre, des représentants du syndicat CGT ont dressé leur tonnelle hier, au carrefour de la zone commerciale Tours-Nord, à deux pas de la Petite Arche. Pas question d’arrêter les automobilistes au rond-point pour la dizaine de syndicalistes présents sous le vent et la pluie.

Après un café chaud, le groupe se disperse pour aller porter la bonne parole dans les magasins du secteur. « Nous allons à la rencontre des salariés pour les sensibiliser à la question de l’extension du travail du dimanche, telle que la prévoit le ministre de l’Économie », indique la secrétaire de l’Union départementale, emmitouflée dans son coupe-vent vermillon. Dans les magasins de chaussures, de déco, de produits pour enfants, d’articles culturels, les défenseurs du repos dominical distribuent des tracts aux salariés. Sans s’éterniser. « Nous ne restons pas longtemps, pas question d’embêter les personnels pendant leur travail. Nous leur disons simplement l’objet de notre présence », précise un syndicaliste. L’accueil est cordial dans la grande majorité des cas. Mais leur mouvement vers un garage auto est stoppé par un militant. « Non, pas là, les camarades y ont été mal reçus la dernière fois et les employés ne sont pas concernés par le travail du dimanche  ! ».

Arnaud Chemain, secrétaire fédéral CGT du commerce et des servies, employé d’un grand hôtel-restaurant tourangeau, témoigne  : « Nous sensibilisons aux dangers de la loi Macron dans le commerce où les salariés seront forcément très impactés. C’est une grosse régression pour les salariés de ce secteur, si cette loi scélérate est adoptée. »

Un camarade, employé d’un hypermarché de l’agglomération intervient  : « Et qu’on ne nous dise pas que les salariés sont volontaires pour travailler. On est volontaire par nécessité, surtout quand on ne gagne que le Smic. Le dimanche ne doit pas être considéré comme un jour comme les autres... »

trois dimanches... jusqu’à quand  ?

Pour l’instant, à Tours et dans l’agglo, les commerces peuvent ouvrir trois dimanches sur quatre dates, sans compter le dimanche de la braderie de Tours. En 2015, sans tenir compte des bouleversements que pourrait apporter la loi Macron, les dimanches autorisés à l’ouverture seraient le 11 janvier (soldes) les 6, 13 et 20 décembre.

P.L.

PDF - 575.6 ko
Téléchargez le tract de l’UD CGT 37

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.