Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

NON AU GEL DES RETRAITES !
NON A UNE FISCALITE INJUSTE !

(JPG)

L’intersyndicale des retraités d’Indre-et-Loire CGT, CFTC, FGR-FP, FSU, UNSA, réunie le 13 10 2014 communique :

Depuis des années, les retraités subissent l’effet des décisions restrictives adoptées depuis 1993 : passage du calcul des pensions sur les 25 meilleures années, allongements des durées de cotisation pour une retraite à taux plein, décrochage de l’indexation des pensions sur les salaires.

Les femmes, dont les carrières sont souvent interrompues, sont aujourd’hui particulièrement maltraitées dans nos dispositifs de retraite. Les prétendues réformes qui se sont accumulées avec le recul de l’âge d’accès à la retraite dans un contexte de chômage de masse, vont également faire grandir le nombre de retraités pauvres.

Le 3 juin dernier, les retraités ont massivement manifesté leur mécontentement dans les rues de Paris. Le 30 septembre, 350 retraités ont manifesté dans les rues de Tours, comme dans de très nombreuses villes de France.

Les raisons qui ont motivé ces actions n’ont pas disparu aujourd’hui, puisque :

- Les pensions (régime général et complémentaires AGIRC ARCO) demeurent gelées au moins jusqu’en octobre 2015, y compris pour les plus petites retraites, inférieures à 1200€ contrairement aux engagements du gouvernement Valls 1. L’annonce récente du versement d’une prime exceptionnelle, versée une seule fois, de 40€ pour les retraites inférieures à 1200€ (soit 3,33€ par mois ou 11 centimes par jour) ne répond pas aux besoins. De même pour les 8€ par mois d’augmentation de l’ASPA (exminimum vieillesse) qui fait passer celle-ci de 792€ à 800€ pour une personne seule, ce qui reste en dessous du seuil de pauvreté qui est à 993€.

- De plus, les effets d’une fiscalité alourdie (Impôts sur le Revenu, TVA et taxe de 0,3% CASA) se font sentir de plus en plus sur leurs budgets et leur niveau de vie. De nombreux retraités non imposables sont aujourd’hui mis à contribution.

- Le projet de suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu apparaît comme une mesure improvisée qui met à mal le seul impôt progressif alors que dans le même temps les impôts indirects comme la TVA ont été augmentés.

- Le projet de Loi portant sur l’adaptation de la société au vieillissement s’avère tout à fait partiel, la question des maisons de retraite (EHPAD) n’étant pas abordée et sans aucune prévision de financement. Le débat au parlement a pris du retard et l’incertitude demeure sur la date de mise en oeuvre de la loi et sur les conditions de financement par la CASA qui a été détournée en 2013 et 2014 vers le Fonds de Solidarité Vieillesse. L’incertitude planant sur les conditions de la réorganisation territoriale n’est pas non plus de nature rendre crédible une application de la loi satisfaisante.

Pourtant, les moyens financiers permettant aux retraités de vivre dignement existent :

- 220 milliards d’aides et d’exonérations de toutes sortes attribuées aux entreprises avec pour seul résultat une hausse record du chômage

- la France championne du monde des dividendes versées aux actionnaires des grosses sociétés avec une augmentation de 30% au 2ème trimestre.

Le gouvernement doit cesser d’être dur avec les salariés en retraite et dans le même temps faible envers le patronat et les actionnaires.

C’est pourquoi, les organisations de retraités CGT, CFTC, FGR-FP, FSU, et UNSA 37 s’adressent à l’opinion publique et décident de tenir une conférence de presse

le Vendredi 17/10 à 14 H dans les locaux de la CGT, salle 101 au 1°étage, maison des syndicats, 18 rue de l’Oiselet 37550 Saint Avertin.

Elles décident de s’adresser également aux parlementaires (députés et sénateurs) au moment où le parlement examine le projet de budget 2015 et le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015.

Elles exigent :

- Le rattrapage immédiat des pertes accumulées et une réelle garantie de progression du pouvoir d’achat,

- La revalorisation des pensions et des retraites complémentaires au 1er janvier de chaque année, indexée sur les salaires moyens,

- La retraite minimale égale au SMIC,

- La revalorisation des droits actuels à la réversion dans le régime général, leur maintien dans la Fonction Publique, et, partout, l’extension aux personnes pacsées,

- Le rétablissement de la 1/2 part (veufs et veuves) pour le calcul de l’impôt sur le revenu,

- L’abrogation de la fiscalisation des majorations familiales de pension pour les parents de trois enfants ou plus.

PDF - 122.3 ko
Téléchargez le communiqué intersyndical

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.