Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami


Jeudi 26 juin 2014
Toutes et tous dans l’action pour reporendre nos affaires en main !

Les chiffres du chômage montrent une dégradation continue de la situation. La gravité de la crise nourrit la colère, le désarroi pour de nombreux salariés !

C’est dans ce contexte que les résultats des élections européennes font apparaître des éléments très inquiétants pour la démocratie.

Nous sommes devant une situation qui nécessite d’urgence de changer totalement les orientations actuelles dans le domaine économique, industriel et social !

Depuis plusieurs mois, la CGT dénonce la politique du gouvernement qui impose l’austérité et conduit à la situation inacceptable qui nous vivons aujourd’hui.

Ainsi, au prétexte de diminuer le « coût du travail » le pacte de responsabilité, voulu par Hollande, se traduirait par la suppression des cotisations sociales des entreprises de la branche famille : 35 milliards d’Euros ! C’est une remise en cause du financement de la protection sociale !

Le pacte de responsabilité prévoit aussi 50 milliards d’Euros « d’économies » d’ici 2017 sur les budgets publics. Les fonctionnaires, qui ont leur salaire « gelé » pour la cinquième année, mesurent la nocivité de ces « économies » qui réduisent les salaires, l’emploi et les services publics !

Le Président de la République vient d’ailleurs d’annoncer son projet de réforme territorial ! Celui-ci conduirait à diminuer le nombre de régions (de 22 à 14), remettrait en cause l’existence des conseils généraux (départements). Ces projets conduiraient à l’affaiblissement des services publics, à la compression des dépenses publiques au détriment de la population des collectivités locales : aide sociale, petite enfance, etc...

Cela est inacceptable !

La CGT exige l’information et la consultation des citoyens qui seraient directement touchés par une réforme qui impacterait fortement des conditions de vie, de travail des salariés, actifs ou en recherche d’emploi et les retraités !

A la veille de la conférence sociale que le gouvernement organise les 7 et 8 juillet, les salariés doivent agir, revendiquer, se faire entendre !

La CGT oppose à la logique de dumping social faisant du travail un coût, une juste répartition des richesses et pose clairement le problème du coût du capital.

La CGT, avec les salariés, les retraités et les privés d’emploi, s’emploiera à créer les conditions du rapport de force et développera les luttes sociales pour les salaires, l’emploi, les conditions de travail, le service public, la politique industrielle et la protection sociale, car elles sont autant de motifs d’espoir et porteuses d’une transformation sociale.

Face à la contestation des salariés, des fonctionnaires ou des retraités qui protestent contre la diminution de leur pouvoir d’achat, le gouvernement Valls répond par des baisses de cotisations sociales des salariés et baisse d’impôts sur le revenu.

Résultat : plus personne ne comprend rien. La Sécurité sociale est de plus en plus fragilisé ;

Pour la CGT, il y a urgence à augmenter les salaires, dans le public et le privé et les pensions.

Les luttes sont nombreuses. C’est quand les salariés s’y engagent, avec la CGT, qu’ils se donnent les meilleurs moyens de les gagner, comme les salariés de FRALIB (Emploi), de la maison de retraite Le Clos du Murier à Fondettes ou de l’association Emergence. Les cheminots, les intermittents, les chercheurs sont actuellement en lutte pour leur avenir.

Tous ensemble, agissons pour le progrès social :

- Porter le SMIC à 1700 euros brut par mois comme base des grilles de salaires,

- Ouvrir des négociations salariales dans les entreprises,

- Augmenter les salaires, le point d’indice dans la fonction publique, les pensions et les minima sociaux,

- Contrôler les aides publiques aux entreprises,

- Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements,

- Stopper les suppressions d’emploi et créer des droits nouveaux pour les représentants des salariés des entreprises,

- Développer les politiques publiques et les moyens des services publics,

- Réformer la fiscalité en profondeur, créer de nouvelles tranches d’impôts pour les hauts revenus,

- Ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans pour tous et des départs anticipés pour travaux pénibles,

- Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour l’investissement productif,

- Taxer les mouvements spéculatifs, de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.

La CGT propose aux salariés de se réunir et de décider ensemble des actions à mener afin de faire aboutir les revendications.

Elle invite les salariés, les retraités, les privés d’emploi à participer au pique-nique revendicatif le 26 juin 2014 à 12h00,

place Jean Jaurès à Tours.

PDF - 551.8 ko
Téléchargez le tract de l’UD CGt 37

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.