Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Augmenter les salaires :
C’est juste, C’est nécessaire, C’est possible, C’est urgent !
Rassemblement samedi 1er mars 2014 à 15H00
Place jean Jaures à Tours

Notre ennemi : la finance

Après en avoir fait un axe fort de sa campagne pour accéder à la présidence de la République, François Hollande abdique devant les marchés financiers et les banques :

- Retour des niveaux de profits d’avant la crise de 2008 : 42,6 Milliards d’euros pour les entreprise du CAC 40 en 2013.

- Mise en place du dispositif à l’origine de la crise aux USA en 2008, la titrisation des prêts bancaires.

- L’élimination de la liste des paradis fiscaux de Jersey et des Bermudes.

- La taxe sur les transactions financières a du plomb dans l’aile. Le ministre des finances en a limité la portée au motif de la concurrence avec Londres.

- La séparation des banques de dépôt et d’affaires. Une simple filialisation a été mise en place.

- 230 Milliards d’euros d’aides et exonérations sociales aux entreprises : La France est le pays qui subventionne le plus l’emploi privé !

Le pacte Hollande-Gattaz

Le pacte de responsabilité « Hollande-Gattaz » est une accusation contre les salaires et la Sécurité sociale rendus responsables de la crise par leur « coût excessif ». Ce pacte donne un nouveau cadeau de 30 Milliards d’euros au patronat.

Les allocations familiales, l’un des piliers de la Sécurité sociale, sont financées avec nos salaires par l’intermédiaire de la cotisation employeur. François Hollande veut supprimer cette cotisation et la faire supporter par des mesures d’économie des budgets publics (Etat, collectivités et Sécurité sociale).

Contreparties :François Hollande parle de créations d’emplois, d’embauches. Le premier magistrat de France ignore donc qu’aucune législation, aucun tribunal ne peut forcer un employeur privé à embaucher ?

Emploi

Les plans de licenciements, les fermetures d’entreprises se multiplient.

Près de 300 fermetures d’usines dans l’année 2013.

Des milliers d’emplois liquidés par de grands groupes : PSA, Michelin (706 à Joué-lès-Tours), Alcatel, Doux, Sanofi, Mory-Ducros.

Des centaines d’emplois sont également supprimés dans des entreprises plus petites (Chapitre, Esprit, Partouche Technologies ...)

De leur côté, l’Etat et les entreprises publiques n’embauchent pas, réduisent les postes, les budgets des hôpitaux sont gelés, la SNCF a perdu 30 000 emplois en 10 ans .... La courbe du chômage, toujours en augmentation ne risque pas de s’inverser, au contraire !

Plus de 3 millions de privés d’emplois et autant en sous-emploi ou en précarité.

Dans le même temps le patronat surexploite les salariés de la sous-traitance et de l’intérim. Il contourne les conventions collectives et le code du travail par différentes méthodes maintenant bien rodées : travail dissimulé et heures supplémentaires non déclarées et non payées, non-respect des qualifications, détachement transnational frauduleux...

C’est là aussi une attaque contre nos salaires, nos cotisations sociales et nos conditions de travail en sécurité.

Ces pressions sur l’emploi mettent en concurrence les salariés et comme toujours cela entretient le racisme, les replis nationalistes et l’extrême droite.

Protection Sociale

L’accès aux soins est de plus en plus difficile pour les petits revenus. Il faut arrêter les déremboursements et pour cela mettre fin aux exonérations de cotisations patronales. Mettre fin aussi aux surcoûts imposés par les trusts de la pharmacie et du médical.

Droit aux soins pour tous !

Salaire

Au 1er janvier, si aucune augmentation n’est obtenue par les salariés, le salaire baisse (conséquence des hausses des cotisations).

Stop à l’austérité salariale !

Sanofi :
•6,7 Milliards d’Euros de bénéfices en 2013
•Pour les salaires 0% d’augmentation
•- 4000 emplois en 5 ans.

Cofiroute (groupe Vinci) :
•3,7 Milliards d’Euros de bénéfice en 2013
•0 % d’augmentation
•Suppression massive d’emploi
•Patron de Vinci : + de 139 000 € / mois


Face à cette catastrophe sociale, il faut une mobilisation d’ensemble, il faut que le monde du travail réponde à la guerre que lui mène le patronat avec le soutien du gouvernement.

• Création massive d’emplois publics utiles à tous, enseignants, hospitaliers, pour les logements sociaux, pour les transports collectifs

• Arrêt des licenciements et des plans de suppressions d’emplois dans le privé

• Augmentation massive de tous les salaires, les pensions, les minima sociaux, le SMIC à 1700 €.

Il faut que les salariés se rappellent que ce qui coûte, c’est le capital et que c’est le travail qui est créateur de richesses.

RASSEMBLEMENT LE SAMEDI 1ER MARS 2014 A 15H00
PLACE JEAN JAURES A TOURS

PDF - 726.5 ko
Téléchargez le tract

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.