Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami


JEUDI 6 Février 2014 : Faisons-nous entendre !
Journée de grève et de manifestation nationale et interprofessionnelle
Manifestation A 10H00, Place jean jaurès à Tours.

Alors que l’on demande à l’ensemble des peuples du monde de se serrer la ceinture, au nom de la compétitivité, selon l’OXFAM, près de la moitié des richesses mondiales sont détenues par les 85 plus fortunés du monde.

Alors que le pouvoir d’achat des salariés ne cesse de baisser, les patrons et le gouvernement, appuyés par une campagne médiatique, continuent à marteler que le travail est un coût.

La CGT considère, au contraire, qu’il est urgent de sortir de l’austérité généralisée qui n’offre aucune perspectives pour sortir de la crise.

Les dernières annonces du chef de l’Etat sont purement inacceptables : ce ne sont pas de nouveaux cadeaux au MEDEF, les yeux bandés, qui vont améliorer la situation de l’emploi au détriment du pouvoir d’achat des salariés et de la protection sociale.

D’ailleurs, certains patrons ne s’en cachent pas. Il faut améliorer les marges pour pouvoir investir et donc cela créera de l’emploi.

Autant dire tout de suite que ce nouveau transfert de cotisations sociales (famille) vers la fiscalité, servira, en premier chef, les dividendes des entreprises.

Quelle analyse est donc faite des 200 milliards d’aides et d’exonérations accordés aux entreprises ?

La CGT insiste : il faut relancer l’économie par l’augmentation des salaires et stopper l’austérité.

- Augmenter les salaires, reconnaître les qualifications et porter le SMIC à 1700 €, ça c’est bon pour la croissance, l’économie et l’emploi.

- Donner les moyens aux salariés de peser sur les choix stratégiques des entreprises, à travers de nouveaux droits, ça c’est utile pour lutter contre le chômage.

La baisse des dotations aux collectivités locales va encore aggraver la situation des plus démunis, à travers les subventions aux associations qui seront réduites et encore réduire la qualité des services publics

Au 1er janvier

Pour les salariés, les ménages :

- Pas de coup de pouce au SMIC.

- Augmentation de la TVA (impôt indolore et injuste).

- Augmentation des prix (énergie, tabac, tarifs postaux, autoroutes ...).

- Austérité pour l’Etat, les services publics, les collectivités locales, la sécurité sociale.

- Fiscalisation des complémentaires santé.

- Gel du point d’indice des fonctionnaires.

- Augmentation des cotisations retraites.

Pour les patrons

- Nouvelles promesses aux entreprises : 30 milliards de moins pour les cotisations familiales.

- Simplification administrative pour les entreprises.

- CAC 40 : 43 milliards versés aux actionnaires.

La CGT revendique :

Sur l’emploi, il y a urgence !

• Instaurer la Sécurité Sociale professionnelle pour sécuriser le parcours de chaque salarié.

• Orienter l’investissement productif vers la croissance et la création d’emploi.

• S’attaquer concrètement à la précarité, notamment chez les jeunes.

• Evaluer et réorienter les aides aux entreprises en fonction de leur efficacité sur l’emploi.

• Arrêter les suppressions d’emplois et contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.

• Permettre l’indemnisation de tous les chômeurs.

• Règlementer et encadrer la sous-traitance.

• Renforcer les moyens pour le service public de l’emploi et la formation tout au long de la vie.

Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux !

• Porter le SMIC à 1700 € brut et réévaluer les grilles salariales à partir de cette base dans toutes les branches professionnelles.

• Augmenter les pensions de retraite.

• Résorber les inégalités entre les femmes et les hommes.

• Revaloriser de 25% les minima sociaux.

• Majorer les heures complémentaires au même taux que les heures supplémentaires.

• Doubler le paiement et récupérer les heures travaillées le dimanche.

• Remettre à plat les allègements de cotisations sur les bas salaires.

Développer les politiques et les moyens des services publics !

Pour l’emploi, l’éducation, la recherche, la santé, le logement, le travail, les infrastructures, au service du développement économique, social, industriel et territorial.

Impulser l’emploi industriel !

• Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.

• Conditionner les aides publiques aux entreprises.

• Aider les petites et moyennes entreprises par la constitution d’un pôle financier public au service de l’emploi, la formation, la recherche, les équipements.

• Redéfinir les filières industrielles stratégiques.

• Mettre en place un fond européen pour financer le développement social et économique.

JEUDI 6 FEVRIER 2014

JOURNEE DE GREVE ET DE MANIFESTATION
NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

MANIFESTATION A 10H00, PLACE JEAN JAURES A TOURS

PDF - 682.5 ko
Téléchargez le tract

Appel des Fédérations

PDF - 211.9 ko
téléchargez l’appel intersyndical

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.