Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

n°249. mai 2013
Le lien du retraité

EDITO

En ce moment, on a un peu l’impression que le moral est de la même couleur que celle du ciel depuis quasiment 6 mois. Ce qui revient le plus souvent dans les discussions entre nous, c’est « qu’on s’en prend plein la G ... ».

Et c’est vrai que, même pour les salariés en retraite, on peut dire que le MEDEF s’occupe bien de nous, au point qu’il a du mal à cacher sa satisfaction. A l’ANI sur la fléxibilite de l’emploi qui détruit le Code du travail a succédé l’ANI sur les retraites complémentaires ARRCO-AGIRC qui programme le décrochement des pensions de retraite par rapport au coût de la vie.

Dans le même temps les « experts » s’affolent à propos des conséquences des politiques d’austérité (ce que nous avions annoncé de longue date) au point que les discours des gouvernements commencent à évoluer mais pas leur action.

En France, il a fallu l’affaire Cahuzac pour que l’on reparle de l’importance de la fraude et des paradis fiscaux. Leur volume est plus important que celui du déficit public dont on nous rabat les oreilles à longueur de temps pour justifier l’austérite et imposer la réduction du « coût du travail », c’est à dire les salaires des actifs et nos pensions de retraite. Mais les mesures de moralisation annoncées dans la précipitation ne feront pas oublier qu’en France le nombre de foyers non-imposables parmi les plus hauts revenus (au-dessus de 100 000 Euros) n’a cessé d’augmenter, passant de 3 000 à 11 300 entre 2004 et 2011.

Pour nous, salariés en activité ou en retraite, cela signifie que le temps des illusions est passé et qu’aucun changement social ne se fera sans notre intervention massive et déterminée. Ce changement n’a rien d’impossible, nous vivons dans une société trés riche avec un haut niveau de productivité du travail mais qui répartit trés mal ses richesses et qui ne les utilisent pas mieux.

Pour sa part, si la CGT est également riche, c’est de propositions pour donner du contenu à ce changement. C’est bien le moment de le faire savoir.

Les semaines qui viennent vont nous donner de nouvelles opportunités d’intervenir dans la bataille et de faire entendre notre version du changement.

Pendant deux mois, avec l’Union Départementale CGT, nous avons organise des débats publics sur la situation dans les maisons de retraites (EHPAD). Les témoignages tant du personnel que des familles étaient souvent poignants. Nous devons passer à un niveau d’action supérieur. Nous vous appelons donc à vous rassembler pour soutenir la délégation intersyndicale des EHPAD qui sera reçue par le Conseil Général le 22 mai à 14h30.

Le mois de juin sera aussi celui de la 2ème conférence sociale organisée par le gouvernement. Ce sera encore le moment de nous faire entendre, d’autant plus que se profile le projet de réformes des retraites voulu par le gouvernement dont on peut craindre qu’elle se fasse sous l’influence de la Commission Europe enne et du Medef.

D’ailleurs, "Un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français", a d’ores et déja prévenu Marisol Touraine, on comprend bien ce que cela veut dire : ne pas toucher aux intérêts du Capital.

Du 10 au 14 juin, nous avons toutes les raisons de participer a la nouvelle semaine d’action initiée par la Confédération Européenne des Syndicats (CES) contre les politiques d’austérite en Europe et pour un nouveau contrat social.

Le 15 juin sera aussi le jour d’une journée d’action nationale pour la reconquête de la santé .

Sur que, plus nombreux nous serons, meilleur sera le moral et qui sait ... un ciel plus bleu avec ce qu’il faut de soleil ?

Pour l’USR - Hervé RIGAULT

Secretaire Général

PDF - 2.2 Mo
Téléchargez le bulletin

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.