Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Lundi 21 janvier 2013 : Grève à l’Ehpad de Monts pour des postes.

Photo NR

Une vingtaine de salariés étaient en grève, hier, à l’Ephad de Monts, pour obtenir au moins sept postes.

Article de la rédaction de la nouvelle République :

"Bien motivés, les grévistes de l’Ephad de Monts, hier matin, pour leur piquet de grève devant l’établissement  ! Malgré le grésil, une vingtaine d’employés de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes de La Vasselière avaient choisi de débrayer pour réclamer, à nouveau, les postes qui manquent pour faire fonctionner la structure dans de bonnes conditions. « Il manque sept postes et demi de soignants en équivalent temps plein, estime Marie-Pierre Martin, déléguée syndicale CGT de la Mutualité française Indre et Indre-et-Loire (gestionnaire de l’établissement). Depuis juin dernier, nous sommes passés de 83 résidents à 118 résidents. Il n’y a pas eu suffisamment de postes créés. En tout, treize postes manquent. » Malgré une pétition signée en nombre par les familles le 1er novembre et des rencontres avec le conseil général, la situation avance lentement.

Des patients seuls

L’Agence régionale de santé a débloqué de façon exceptionnelle un poste jusqu’en juin. Un poste a été débloqué sur les fonds propres de la Mutualité pour assurer des heures de soirée. « Mais il a fallu qu’il y ait plusieurs accidents du travail avant, estime une salariée. Quand on arrive pour prendre notre poste et que les personnes souffrant d’Alzheimer ont été seules entre 20 h et 22 h 30... on peut s’attendre à n’importe quelle situation. Certains sortent, d’autres se salissent... » Après douze ans d’ancienneté, une soignante touche 1.400 € par mois  ; une autre, de nuit, en poste depuis six ans, gagne la même somme.

Aucun rendez-vous n’est fixé pour le moment. Les grévistes ont entamé, hier, un mouvement reconductible ce matin. D’autres Ephad ont été en grève récemment  : à Amboise, Château-Renault, Bléré ou L’Ile-Bouchard. « Marisol Touraine, quand elle était députée, venait souvent nous rendre visite, raconte une gréviste. Elle disait que c’était SON établissement  ! On aimerait bien un soutien, qu’on reconnaisse que le malaise est général pour les personnes âgées dépendantes  !"

Agnès Aurousseau

La Nouvelle République

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.