Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Un pan industriel de Tours disparaît : Mame liquidé. Lu dans la Nouvelle République du 9 juillet 2011.

Le tribunal de commerce a annoncé hier la liquidation judiciaire de l’imprimerie, qui n’a pas trouvé de repreneur. 114 personnes sont licenciées.

(JPG)

- Hier, les salariés présents à une assemblée générale se sont vu remettre une de leurs dernières feuilles de paie.(Photo NR)

Cette fois, c’est bien fini pour Mame. Après l’espoir déçu d’une reprise par l’entrepreneur Bruno Flocco, qui s’est finalement retiré fin juin, le tribunal de commerce a donc annoncé hier ce qui était devenu une quasi-certitude pour le personnel.

L’imprimerie Mame est donc mise en liquidation judiciaire, entraînant 114 personnes au chômage. La décision avait été mise en délibéré après une audience le 30 juin.

Les lettres de licenciement partent lundi

Ce jour-là, une des entités du holding Gibert Clarey, Gibert Clarey Rotatives, 97 salariés, avait été liquidée. Le sort de Gibert Clarey Imprimerie et Technic Imprim, deux autres entités comprenant 45 salariés, sera connu le 16 septembre.

La seule bonne nouvelle, bien amère cependant pour le personnel, c’est la reprise de 26 personnes par les sociétés Jouve et Façonnage du Maine, installée rue Faradet.

« Les lettres de licenciement vont partir lundi. Un courrier devrait arriver dans vos boîtes aux lettres aujourd’hui ou demain (NDLR : soit hier vendredi ou aujourd’hui samedi), vous conviant à une réunion d’information lundi avec Pôle emploi pour les conversions et les reclassements personnalisés », a indiqué l’administrateur judiciaire hier, au personnel convié à une assemblée générale sur le site de Gibert Clarey, à Chambray.

Mardi, une réunion est prévue à la préfecture avec les représentants syndicaux. « On va demander une enveloppe de 500.000 € pour la formation, pour des aides à la mobilité et à la création d’entreprise. On va également solliciter le conseil général », a souligné de son côté Stéphane Deplobin, secrétaire général de la CGT.

Le problème de la mutuelle a également été soulevé. Problème qui tient à coeur au personnel, qui ne veut pas se voir priver de tout, brutalement, après cette triste annonce.

Patrick Tricoche

PDF - 115.7 ko
Article de la NR du 9 /7/2011

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.