Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

SES ( Sécurité et signalisation) : Lu dans la Nouvelle République le 8 février 2011

On s’est fait avoir !

08/02/2011

« On est au pied du mur et on nous demande de grimper ! » Peu convaincu par le projet de la direction, Jean-Louis Debord est secrétaire FO du CCE (au centre). Photo Nouvelle République

Hier, parmi les grévistes, on comptait des ouvriers, des employés comme des cadres. L’usine de Tours-Nord n’a pas fonctionné.

Potentiel humain. « On ne comprend pas comment on en arrive là, remarque une employée de bureau, présente depuis plus de vingt ans. C’est une entreprise où les gens restent, enfin, restaient... On a un beau potentiel humain, un réel savoir-faire. »

Dégradation récente. « Depuis quelques mois, l’ambiance est tendue, précise une ouvrière de l’usine de Chambourg. Les interdits s’accumulent, comme la pause cigarette dehors. » « On ne peut plus dire ce qu’on pense en interne. La communication, c’est pour l’extérieur ; c’est du vernis, de l’anti-graffiti, comme on dit chez nous ! », précise une autre. Un jeune homme est embauché depuis un an et demi : « Mais je suis en intérim depuis dix ans. On s’est fait avoir ! La direction a tout récupéré, et c’est nous qui trinquons. »

Gestion incertaine. « Les décisions sont prises à l’emporte-pièce, en cinq minutes sur un coin de bureau », estime un cadre présent de longue date. « Les investissements à Chambourg ont été faits à tort et à travers. On fait beaucoup de volume, mais pas de chiffre », constate une responsable comptable. « La situation comptable est particulière.

Il y a des choses à éclaircir ; les salaires des dirigeants posent problème », estime Stéphane Deplobin, secrétaire départemental CGT. Il ajoute : « L’action des salariés très mobilisés aujourd’hui compte et les experts-comptables sont là pour nous aider à y voir clair. »

A.A.

Les sites du groupe : SES se mobilise contre les licenciements

08/02/2011

Hier, les salariés de Sécurité et signalisation (SES) à Tours étaient en grève pour protester contre la suppression annoncée de 106 postes.

Deux cent cinquante salariés de SES ont fait grève en se rassemblant à Tours-Nord, hier. Ils s’inquiètent pour l’avenir de l’entreprise, à moyen terme. Photo Nouvelle République

Etonnés, non. Déçus, oui. Les 250 salariés de Sécurité et signalisation (panneaux routiers) ont fait grève hier.

C’était pour marquer la première réunion du comité central d’entreprise, après le plan social annoncé le 18 janvier par la direction. Présents hier sur le site de Tours, les salariés venaient aussi de Chambourg-sur-Indre et du Nord et de l’Aisne. « A Potey (Nord), on nous annonce une fermeture, donc seize licenciés, et à Chaudun (Aisne), 34 licenciés et la fermeture aussi », détaille Jean-Marc Réant, délégué CGT venu du Nord en car, avec une quarantaine de collègues. Les Nordistes et les Picards ont d’ailleurs ont d’ailleurs réchauffé l’ambiance à leur arrivée vers 11 h, à grand renfort de corne de brume et de banderoles.

’’ Maintenant ce qu’il faut c’est un vrai entrepreneur ’’ Depuis 9 h, les salariés patientaient, dans l’attente d’informations venues de la réunion du comité central d’entreprise. L’objet de la rencontre est l’évaluation entre direction et syndicaliste, sous l’oeil d’un expert-comptable, de la viabilité du projet sur deux ans. Vers 11 h 30, Jean-Luc Debord, secrétaire du CCE et syndicaliste FO, a livré quelques renseignements. « D’abord, le patron a changé de salle ; nous sommes au sous-sol et pas au rez-de-chaussée comme prévu ! Mais rassurez-vous, il entend bien votre mobilisation et les klaxons des camions solidaires qui passent sur l’avenue ! Il cherche à gagner du temps. »

Salariés et syndicalistes sont sceptiques sur la pérennité de l’entreprise. « Aujourd’hui, c’est 106 postes en moins, mais qui dit que dans quelque temps, on n’en sera pas à la liquidation ! », a lancé Jean-Luc Debord. « Maintenant, ce qu’il nous faut, c’est un vrai entrepreneur. Est-ce qu’on trouvera un repreneur ? »

Le calendrier fixé par la direction, qui souhaite boucler le plan social fin mars, n’est pas anodin. Les échéances bancaires sont, elles aussi, fixées à la fin du mois de mars. « Est-ce qu’on nous soutiendra après ? », s’inquiète une employée du site de Tours.

La direction n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Repères

> Activité : panneaux routiers en tôle émaillée ou à affichage électronique (de type autoroutier, dont Optima, autonome en énergie).

> Effectif : 498 salariés dans le groupe. > Chiffre d’affaires : 67 M€ fin 2010 et 64 M€ projetés pour 2011. Résultat net déficitaire de 6,9 M€ fin 2010.

> Historique : appartenant au groupe Colas, l’entreprise a été cédée, en 2006, à des cadres de l’entreprise, dont Lionel Couche, actuel PDG.

Billet

SES, c’est une belle réussite, celle du panneau lumineux autoroutier Optima, autonome en énergie, reconnu et primé. Élaboré dans le cadre du pôle de compétitivité SE2E, il fait figurer SES dans les entreprises de Touraine performantes en recherche et développement. Mais derrière le panneau, il y a les dessous moins clairs des ententes du secteur travaux publics. Certains pointaient aussi hier, tout comme la CGT, des salaires de dirigeants très élevés. Les salariés tirent le signal d’alarme et ne veulent pas se laisser entraîner malgré eux dans une liquidation envisageable.

Le chiffre

106 C’est le nombre de licenciements annoncés par la direction de SES, le 18 janvier dernier. Les sites de Tours et de Chambourg-sur-Indre sont concernés pour une quarantaine de postes. Les sites de Chaudun (Aisne) et Wattignies (Nord) seraient, eux, purement et simplement fermés. Les postes de production sont visés en priorité.

En bref

700.000 € d’amende

Fin décembre 2010, l’entreprise SES a été condamnée à une amende de 700.000 €, pour entente illicite. Le montant à payer est faible par rapport au chiffre d’affaires de l’entreprise, mais explique aussi comment les prix ont pu être artificiellement gonflés (de 10 % à 20 %), entre 1997 et 2006, par cette entente entre huit entreprises, dont des grands acteurs du secteur.

Agnès Aurousseau

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.