Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Mame et Gibert Clarey : Lu dans La Nouvelle République le 18 février 2011

Mame et Gibert Clarey en quête d’un repreneur

18/02/2011

Une grève illimitée touche l’imprimerie Gibert Clarey depuis hier. Le groupe cherche un repreneur pour Mame et les entités placées en redressement.

Les salariés de l’imprimerie Gibert Clarey ont cessé le travail, hier matin, suite au refus par la direction d’augmenter les salaires. - (dr)

Dans le groupe Serge Laski, l’ambiance est plutôt morose ces derniers mois. Après le placement en redressement judiciaire de Mame, de Gibert Clarey SAS et d’APS Chromostyle, un mouvement de grève illimité paralyse depuis hier le site de l’imprimerie Gibert Clarey à Chambray-lès-Tours. « La semaine dernière, explique Stéphane Deplobin, secrétaire de l’Union départementale CGT, les salariés ont réclamé une augmentation en rapport avec les bénéfices dégagés par l’entreprise. Deux jours plus tard, les délégués du personnel ont reçu la documentation de la direction sur un plan social envisageant six licenciements..

’’ Licenciements stoppés pour l’instant ’’

Ce plan social combiné au refus de l’augmentation de 0,70 centime de l’heure ont provoqué la colère du personnel de l’imprimerie. Hier matin, un mouvement de grève illimité a donc été déclenché.

Dans la matinée, les salariés de l’imprimerie Gibert Clarey ont reçu le soutien de leurs collègues de Mame et de Gibert Clarey SAS.

Mais dans ces deux entités - ainsi que chez APS Chromostyle -, les licenciements ont été gelés dans l’espoir de l’arrivée d’un partenaire financier ou d’un repreneur.

« C’est en effet une démarche initiée tout récemment par l’administrateur judiciaire, aux côtés du dirigeant, précise le responsable du dossier au cabinet de M e Franck Michel, administrateur. Les licenciements sont en effet stoppés sur les trois structures pour l’instant. »

Il semble donc bien que la direction du groupe se soit décidée à entamer la recherche d’un repreneur pour ses trois entités en péril. Mais il reste à trouver ce partenaire providentiel qui sauverait le groupe du naufrage. Et les salariés s’attendent de toute manière à des licenciements dans les mois qui viennent.

Rappelons que, le 18 mars, le tribunal de commerce devra se prononcer sur la continuation ou non de l’activité de Mame, Gibert Clarey SAS et APS Chromostyle.

Caroline Devos

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.