Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Un front du refus. Article paru dans Ensemble , le mensuel des adhérents de la CGT (février 2011)

Indre et Loire

Un front du refus. Afin de marquer leur opposition aux discours et aux politiques d’exclusion, sept syndicats se mobilisent à l’occasion de la tenue du congrès deu FN à Tours.

"Les mots se banalisent. Il y a vingt ans, dans les entreprises, les gens ne disaient pas ouvertement qu’ils étaient racistes. Aujourd’hui, ils n’hésitent plus." L’inquiétude se lit sur le visage de Jocelyne. Employée du secteur privé, elle a profité de son heure de déjeuner pour venir participer au pique-nique fraternel organisé par les organisations CGT, CFDT, CFTC, FSU, Unsa, Unef et UNL d’Indre et Loire.

"Contre le racisme et la xénophobie, pour le progrès social et l’égalité des droits." Plusieurs dizaines de personnes( 150 environ) se sont ainsi réunies place Jean Jaurès à Tours. La sono enchaîne les titres : L’affiche rouge chantée par Léo Ferré, Crazy Baldhead de Bob Marley...Plus loin, à 300 mètres de là, le centre international de congrès, où doit se tenir, le lendemain, 15 janvier, le congrès du Front national.

"C’est un peu dommage de donner l’impression d’appeler à se mobiliser pour les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, de poser une parole syndicale forte, parce que le FN tient son congrès", regrette ce syndiqué de l’Unsa. "Lutter contre les préjugés, la manipulation de l’opinion, la stigmatisation de tel ou tel groupe social, religieux ou ethnique est un travail de tous les jours, qui passe par l’éducation."

Le 14 janvier à Tours, les militants de sept syndicats ont organisé un pique nique contre la xénophobie et pour le progrès social, à la veille du congrès du FN (Photo : Daniel Maunoury) - 87.1 ko
Le 14 janvier à Tours, les militants de sept syndicats ont organisé un pique nique contre la xénophobie et pour le progrès social, à la veille du congrès du FN (Photo : Daniel Maunoury)

"Suppression de l’ISF, déréglementation du marché du travail, instauration de la préférence nationale dans l’accès à l’emploi, allégement des cotisations sociales des entreprises, augmentation de la TVA, retour à l’âge légal de la retraite à 65 ans, abrogation des 35 heures, remise en cause du droit de grève...Elément important de la mobilisation, la sensibilisation du public à la réalité du programme économique et social du FN n’a pas été le seul moteur dans la décision des syndicats d’organiser un rassemblement républicain", explique Stéphane Deplobin, secrétaire départemental de l’UD CGT 37. "Toute une série d’évènements survenus ces derniers mois ont aussi conduit à envisager une action. Le discours de Grenoble du chef de l’Etat assimilant immigration et délinquance, les propos de Marine Le Pen établissant un parallèle entre islam et occupation, l’éternel dèbat autour du coût du travail en France... Par cette action, nous voulons en tant qu’organisation syndicale remettre le progrès social au coeur des discussions dans l’entreprise, réaffirmer notre attachement aux valeurs d’égalité, de solidarité et d’accès aux droits sociaux , sans distinction de race ou de genre..." JEAN-PHILIPPE JOSEPH

Il y a de quoi être inquiet quand on voit la porosité de plus en plus grande entre le discours du FN et une partie de la majorité UMP. Stéphane Deplobin, secrétaire de l’UD CGT 37

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.