Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

"GAGNONS, ENSEMBLE, SUR LES SALAIRES "

Rarement dans l’histoire récente, les mobilisations sociales n’ont atteint de tels sommets.

Rarement la rencontre entre les aspirations des salariés, celles des retraités, des jeunes n’ont été aussi fortement ancrées.

Rarement l’opinion publique n’a autant été en accord avec les organisations syndicales et la CGT en particulier.

C’est porteur de sens nouveaux pour les valeurs de solidarité. C’est porteur d’avenir.

La crise financière a secoué tous les secteurs d’activité, publics ou privés. Elle s’est soldée par des milliers d’emplois sacrifiés. Les patrons en profitent pour exercer une pression sans précédent sur les salaires.

Mais l’année 2010 a connu un regain de luttes, pour exiger de véritables augmentations de salaires pour le déroulement de carrière et la reconnaissance des qualifications.

Les augmentations de salaires, c’est bon pour le pouvoir d’achat et c’est bon pour le financement de la protection sociale et les retraites.

Le patronat veut remettre en cause les repères collectifs dans les branches et les entreprises. Les primes variables, en fonction de l’évaluation de la performance, se multiplient, du cadre à l’ouvrier.

« Diviser pour mieux régner », le patronat use sans cesse de ce dogme pour fragiliser les revendications des salariés.

Xavier Bertrand, le ministre du travail, l’a annoncé : pour la cinquième année consécutive, aucun coup de pouce ne sera accordé au salaire minimum. Le smic ne bénéficiera le 1er janvier que de la hausse légale de 1,6%.

Pour la CGT c’est inacceptable alors que les frais de logement ou d’énergie continuent d’augmenter, que la crise n’est pas finie et que les entreprises du CAC 40 font des bénéfices exorbitants. Le gouvernement n’arrête pas de donner des allègements de cotisations patronales mais cela n’a pas d’effet sur les salaires, bien au contraire.

OUI, ensemble, on est plus fort, pour exiger une répartition des richesses en direction des salaires, des qualifications et de l’emploi.

OUI, il faut revenir à des repères collectifs, pour casser l’isolement des salariés et obtenir ensemble la satisfaction de leurs revendications.

Une grille de salaires : un élément structurant pour redonner du sens au collectif de travail.

Depuis les années 80 et la volonté de l’Etat d’accroître le niveau de la formation initiale, le nombre de titulaires de diplômes égal ou supérieur au BAC n’a cessé d’augmenter.

Les écarts de rémunération entre les niveaux CAP et Bac, BTS, Bac+5 se resserrent. L’évolution des qualifications ne se traduit pas par une hausse générale des salaires, bien au contraire.

Ainsi dans les entreprises, l’échelle des salaires est désormais autour de 1 à 4 pour l’ensemble des salariés y compris pour une majorité d’ingénieurs et cadres. Dans de telles conditions, il devient difficile de faire reconnaitre ces qualifications pour les jeunes embauchés.

La CGT propose la mise en place, dans les conventions collectives et les entreprises, des grilles de salaires assurant une échelle de 1 à 5, avec un départ de grille à 1.600€ permettant la reconnaissance des diplômes et une évolution de carrière pour tous les salariés, y compris ceux qui n’ont pas de diplôme.

La CGT revendique le doublement garanti du salaire par le doublement du coefficient sur toute la carrière, avec au minimum un changement de coefficient tous les 4 ans.

Une hausse des salaires est indispensable pour plusieurs raisons :

-  rééquilibrer le partage de la valeur ajoutée en faveur des travailleurs,
-  réduire les inégalités croissantes des salaires,
-  reconnaître et encourager l’amélioration des niveaux de qualification,
-  améliorer véritablement le pouvoir d’achat,
-  assurer une vie décente à tous les travailleurs, compatible avec les exigences de notre temps,
-  augmenter la consommation des ménages qui est le principal moteur de l’activité économique,
-  accroitre les ressources de la sécurité sociale et des caisses de retraite.

Ces arguments justifient aussi une hausse des pensions de la retraite, de l’indemnité chômage et des minimums sociaux.

LES ENTREPRISES DISPOSENT DE MOYENS POUR AUGMENTER LES SALAIRES.

ENSEMBLE, IMPOSONS-LEURS NOS EXIGENCES !

PDF - 113.7 ko
Télécharger le tract : Gagnons ensemble sur les salaires

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.