Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Maison de retraite Puygibault de Loches : la CGT ne désarme pas !

14/11/2010

Le syndicat CGT ne veut pas lâcher prise à Loches.

Depuis plusieurs semaines déjà, un conflit oppose la CGT à la direction du centre hospitalier de Loches. Le syndicat, qui a déjà manifesté dans les rues de la ville, s’oppose à la suppression de postes d’infirmiers à la maison de retraite de Puygibault (225 lits sur cinq unités de vie), qui dépend de l’hôpital.

À ses yeux, il s’agit d’une mise en danger de « la qualité des soins et la sécurité des pensionnaires ».

À l’initiative de la CGT, une assemblée générale du personnel s’est tenue et a décidé de « mener différentes actions » du style «  pétitions, rencontres avec des personnalités de la région » pour les sensibiliser au problème.

La direction de l’hôpital avance des problèmes budgétaires.

Des questions qui « ne sont ni de l’affaire des personnels, ni des pensionnaires ou de leurs familles. Seuls l’État et l’ARS (Agence régionale de santé) doivent résoudre le manque financier des établissements », argumente la CGT.

200.000 à trouver.

Pour la direction, il faut trouver environ 200.000 € pour équilibrer le budget 2011 : «  Tout dépendra des négociations avec la Sécurité sociale. »

Pour l’heure, rien n’est encore tranché, mais il y a fort à craindre qu’il faille aboutir à des suppressions de postes.

Néanmoins, « nous réfléchissons actuellement à ce que nous pouvons faire. Le comité technique d’établissement en sera informé le 19 novembre », indique la direction, visiblement embarrassée par cette situation.

William Richard

Article de la NR

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.