Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Le lien des retraités N° 2 - Mars 2008

Bulletin d’information trimestriel de l’Union Syndicale des Retraités CGT d’Indre et Loire


SOMMAIRE :

-  Page 1 - Editorial : carton rouge !
-  Page 2 - Edito (suite) -
-  Page 3- Journée d’étude sur la santé
-  Page 4 - 1° mai 2008 et mai 68 Page 5 - Vie des sections : FAPT et Interpro
-  Page 6 - cheminots St Pierre/ Sauver le livret A
-  Page 7 - Renforcer la CGT
-  Page 8 - Activité de L.S.R.

Le document complet à télécharger :

PDF - 289.2 ko

Editorial

Carton rouge et perspectives

Le dimanche 9 mars 2008, et encore plus le 16 mars les françaises et les français ont adressé au gouvernement et au Président de la République un carton rouge.

Déjà, de multiples luttes manifestaient un profond mécontentement sur la question du pouvoir d’achat, dans de nombreuses entreprises privées, dans la fonction publique et les entreprises nationales. Le 06 mars La colère des retraités et des pensionnés s’est faite entendre dans tout le pays et dans le département. Plus de 600 manifestants à Tours ! Il y a très longtemps que nous n’avions pas vu cela en Indre et Loire.

Comment peut-il en être autrement ? 1,1% D’augmentation des pensions au 1er janvier 2008. C’est ce que les pensionné(e)s et retraité(e)s « ont obtenu ». Dans la même période nous assistons à une Explosion des prix à la consommation, des augmentations allant de 5 % à 48 % entre novembre 2007 et janvier 2008 pour les produits de première nécessité.

Rien n’est fait pour augmenter les pensions hormis la supercherie organisée par le Premier Ministre et le Président de la république qui présentent l’à valoir de 200 Euros pour les allocataires du minimum vieillesse, comme une mesure de revalorisation des basses pensions. Cet acompte, qui reste à être versé, concernera les 610 000 personnes qui ne touchent pas assez de retraites pour atteindre les 600 €. C’est le RMI de la retraite.

L’argent existe bel et bien, mais pas pour les salariés, ni pour les retraités. Par contre, les employeurs bénéficient d’allègements de charges importants. Le cadeau fiscal de 15 milliards d’euros aux patrons des grandes entreprises qui s’octroient des salaires fabuleux, et la distribution des dividendes aux gros actionnaires qui ont des profits qui explosent en Bourse.

Aujourd’hui aucune pension ne devrait être inférieure au SMIC. Les pensions de réversion devraient se situer à 75% de la pension initiale. Nous exigeons une augmentation immédiate de 10 % des retraites.

Chacune et Chacun est informé des enjeux qui entourent le dossier de la retraite et des intentions de la droite quant à son devenir. Il faut une réforme du financement appuyée sur une refonte de l’assiette des cotisations, mettant à contribution les revenus du capital, la plus value réalisée par les entreprises. Il s’agit d’un choix de société.

Le 29 mars, tous ensemble, étudiants, actifs et retraités, réussissons un puissant mouvement pour les retraites et l’augmentation des pensions !

Tous à la manifestation à 15 heures place Jean Jaurès !

Ce jour-là, il faut mettre en échec, dans l’unité avec l’UNEF, la FSU, la CGC et Solidaires, la politique antisociale développée par le gouvernement dirigé par Fillon, personnage de triste mémoire... Il a démoli les régimes de retraites en 2003, en 2007, et il veut continuer ! Comme hier avec le CPE, il y a urgence à solidariser dans l’action les générations, pour qu’aucune ne soit opposée à l’autre et que chacune gagne en progrès social.

L’action doit permettre d’imposer des négociations pour faire avancer les propositions syndicales, en particulier sur le financement des retraites.

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.