Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

« La Santé, c’est la Vie ! » Manifestation régionale interprofessionnelle, le 11 Octobre 2007 à 15 H à Orléans

La santé, c’est la vie, sa durée et sa qualité sont des priorités

Symbole du niveau d’évolution de la société française, l’état actuel du système de Protection Sanitaire et Sociale ne peut pas nous satisfaire : alors que « l’espérance de vie » progresse, l’aspiration au bien vieillir, vieillir en bonne santé, est un nouveau défi pour notre société. Il en va de même pour la réduction des inégalités. Mais les moyens publics mis en œuvre, sont loin d’être suffisants... !

La CGT propose d’agir pour les obtenir parce que les moyens existent.


La santé n’a pas de prix - la vie n’est pas une marchandise

Menacée par les appétits de la finance, prise en main par les banques et les assurances, la santé est devenue une marchandise, sur laquelle les exigences de profits sont sans limites... Les trusts internationaux accentuent les pressions pour que la vie et la santé deviennent des produits qui rapportent : cette logique est à l’origine des nombreuses attaques contre les systèmes de soins, contre les retraites, la sécurité sociale et les régimes d’indemnisation du chômage. Pour pallier à la baisse des ressources de la Protection Sociale et de la recherche liée au désengagement du patronat et de l’Etat, aux politiques de précarisation de l’emploi, du travail et des salaires, il est fait appel aux dons et à la générosité populaire !

Preuve que la santé de la population et les moyens pour se soigner n’ont pas la place qu’ils devraient avoir dans une société dite développée...

Il n’y aurait plus, nous dit-on, dans notre société développée, de moyens pour la santé ? Alors que les profits fulminent, que l’argent public coule à flot pour enrichir les actionnaires des cliniques privées, des grands groupes pharmaceutiques et du matériel médical. Les deniers des contribuables sont utilisés à la mise en place de structures de regroupement des médecins libéraux, destinées à gérer la pénurie ou de cliniques à but lucratif.

La Sécurité Sociale serait en difficulté, mais depuis plus de 25 ans, les exonérations de cotisations patronales s’accumulent en milliards d’€uros qui se cumulent aux dettes patronales, à celles de l’Etat, aux politiques de précarisation du travail qui minent les recettes du régime général et c’est toujours aux salariés qu’il est demandé de payer.

Le patronat, principalement des grandes entreprises qui n’en a jamais assez, se bat pour transférer les dépenses qui lui incombent en matière de prévention et de réparation des accidents du travail et maladies professionnelles sur le budget de la Sécurité Sociale, pour se soustraire à ses responsabilités et obligations, après avoir pressuré les salarié(e) s.

L’accès aux soins est devenu très difficile pour la plupart et impossible pour une partie de la population

- La pénurie organisée de médecins et professionnels de santé, la réduction des moyens attribués à l’hôpital public et services de l’action sociale, la réduction et suppressions des rembour-sements des médicaments et actes de soins ont rendu l’accès au droit fondamental de pouvoir se soigner de plus en plus aléatoire.

- La période d’été a été utilisée cette année non pas pour cause de rigueurs climatiques mais pour instituer au nom de « nécessités techniques » de nouvelles fermetures de services hospitaliers dans notre région, privant de nombreux patients de soins essentiels de proximité.

- L’hôpital déjà en souffrance, vient de connaître une nouvelle escalade au niveau de l’exploitation des personnels qui seraient condamnés, selon les discours des représentants du Gouvernement, à une durée de travail sans limite.

La continuité des choix et politiques mises en oeuvre dans ce secteur au nom du libre marché, de la concurrence libre et non faussée conduit déjà à une situation dramatique.

- Aujourd’hui la liberté des femmes à disposer de leur corps n’est pas garantie : le droit à l’IVG et à la contraception est bafoué notamment sous les pressions religieuses exercées sur les directions d’établissements et professionnels de santé.

- Selon la zone géographique d’habitation, la situation sociale de l’assuré social ou ayant droit, l’accès à des soins de qualité et de proximité est mis en cause.

Le parcours de soins imposé aux assurés par des mesures pénalisantes, accentue la dégradation de la santé des humains pour satisfaire les intérêts de la profession la plus représentée à l’Assemblée Nationale (Médecins).

- Le flicage utilisé par le patronat et maintenant par la Sécurité Sociale pour remettre en cause les arrêts de travail ou des ASSEDIC vis-à-vis des chômeurs pour les priver d’indemnisation et les radier du système, conduit à une exclusion massive et une élévation de la pauvreté qui menace chacun(e).

La prévention au travail et des droits pour toutes et tous

Alors que l’actualité récente montre l’aggravation des situations de mal vivre au travail, avec les suicides (360 suicides liés directement au travail en 2006), l’explosion des cancers, des troubles musculo-squelettiques, des allergies, du diabète, de l’obésité, est-ce un progrès de travailler plus et plus mal pour vivre moins ? Alors que certains sont malades de trop de travail (intensification, précarisation, maltraitance...), d’autres meurent dans la misère parce qu’ils et elles en sont privés...

Il faut de toute urgence « travailler autrement pour travailler tous », au regard des droits de l’Homme les plus élémentaires. Plus que la domination et la compétition, ce sont les valeurs de fraternité et de solidarité chères à la Sécurité Sociale qui doivent favoriser les relations de travail.

Les attentes légitimes de reconnaissance du travail sont a satisfaire ainsi que les actions de prévention et de transformation des situations de travail, en donnant le droit à la parole, et en entendant enfin les voix du peuple des précaires, sous-traitants, intérimaires, des femmes et des jeunes chaque jour exposés plus que d’autres aux risques, sans protection.

Des services à la personne, aux salarié(e)s du nettoyage, du commerce... l’heure est de donner à tous des droits de haut niveau et les moyens de se soigner par une véritable politique de santé publique.

Stopper cette régression sociale organisée. Défendre et conquérir la Protection Sanitaire et Sociale en région Centre capable de répondre aux besoins des années 2000

Votre avis doit compter et être pris en compte par la puissance publique au-delà de toute logique de rentabilité et de profits.

En mettant à la disposition des salariés et de la population des Cahiers de Doléances pour recueillir vos avis, vos témoignages et expériences auxquelles vous et votre famille avez été confrontés, la CGT entend ouvrir un large débat public pour avancer avec vous des propositions et revendications pour changer la situation régionale actuelle. Ce combat pour la Vie, la Santé, est celui de Tous. C’est en ce sens que la CGT s’est adressée à l’ensemble des organisations syndicales de salariés, syndicats de médecins, aux mutuelles pour leur proposer de construire le rassemblement le plus large sur cet enjeu dans les départements de la région Centre.

Dans la perspective du 11 Octobre et ensuite de l’organisation d’Etats Généraux qui rassembleront les doléances recueillies pour ouvrir de nouveaux axes d’interventions, la CGT vous invite à vous faire entendre, Tous ensemble.

Parce que votre Vie et votre Santé ne sont pas des marchandises, la CGT vous appelle à des arrêts de travail, à vous mobiliser dans l’unité et interprofes-sionnellement pour manifester régionalement le 11 OCTOBRE 2007 à 15 H à Orléans - Parvis de la Cathédrale. A cette occasion, 3 délégations se rendront à l’ARH, à la Préfecture et au Conseil Régional pour déposer les doléances


INSCRIVEZ-VOUS avec le COUPON suivant A RETOURNER avant le 1er octobre 2007 à l’UD CGT 37 - BP 60425 - 37174 CHAMBRAY LES TOURS CEDEX

Transport en bus. Prix : 7 € / personne (paiement à l’inscription). Départ à 13h30. Rendez-vous à 13h15 Place de la Liberté à Tours. Retour à 18h30 maximum.

Entreprise : ....................................................

Nom Prénom N° de téléphone


le tract à télécharger :

PDF - 305.1 ko

Site réalisé sous Spip - Xhtml 1.0 - Css 2 - Rss 0.91.